12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 17:59

Regardez cette photo : c'est moi LLT, toute fière de signer mon livre sur le dernier Marché de la poésie en juin 2010. Dernier, c'est hélas bien le mot !

 

dedicace (9)

 

 

Le Marché de la Poésie fait partie d’un festival multiculturel, appelé Foire Saint-Germain, qui installe ses stands depuis 33 ans place Saint-Sulpice à Paris. Après ces années dédiées à "l’élitisme pour tous", si cher à Antoine Vitez, la Foire Saint-Germain est priée de quitter la Place St Sulpice pour des raisons qui me semblent plus relever de la rentabilité que de la culture.

Pour aller où ? Ni Monsieur Delanoë, ni le maire du 6e arrondissement ne semblent s’être posé la question. Dans deux mois, le festival devait démarrer avec le Marché du théâtre et de l’édition théâtrale. Il n’en sera rien.

Aussi, je compte sur vous, amis littérateurs, artistes du dimanche ou des autres jours, défenseurs d’une culture conviviale, traditionnelle ou d’avant-garde, pour signer la pétition afin que survive le Festival de la Foire Saint-Germain, même dans un autre lieu.

Merci.

 

Pour signer la pétition, suivez le lien :

 

http://www.mesopinions.com/Pour-la-survie-du-festival-de-la-Foire-Saint-Germain-petition-petitions-3cbf8446f8aaddf50b4a26e23404c77e.html

 

 

marche poesie

28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 11:27

 

spaghetti couvDino Attanasio est un dessinateur d’origine milanaise, émigré en Belgique. Alors qu’il dessine depuis plusieurs années pour divers supports (dont les illustrations de Bob Morane dans la collection Marabout Junior), il propose au rédacteur en chef de l’hebdomadaire Tintin les croquis d’un personnage inspiré de sa propre vie. Intéressé, André Fernez contacte René Goscinny qui est à l’époque le scénariste vedette du magazine. (Il écrit pour une quinzaine de séries). A eux deux ils créent un petit personnage humoristique, un Italien futé et débrouillard, toujours tiré à quatre épingles, qui doit exercer divers petits métiers pour survivre. Spaghetti est né, et paraît pour la première fois dans le numéro 42 de Tintin.

 

En 1959 les histoires passent de deux (ou quatre) planches à trente pages sous la forme d’épisodes à suivre, et Spaghetti se voit flanqué d’un cousin pot-de-colle nommé Prosciutto (Goscinny choisit le nom de ses personnages dans un menu de restaurant italien), qu’il passe son temps à fuir. Le comique est principalement basé sur les jeux de mots involontaires provoqués par l’accent italien du héros et sur des gags visuels classiques. Spaghetti est le stéréotype de l’image qu’on se faisait des immigrants italiens, en Belgique ou en France, dans les années 1950.

Malgré le succès, Goscinny abandonne la série pour se consacrer, entre autres, à Astérix. D’autres scénaristes prennent le relais, jusqu’à l’arrêt de la série publiée aux éditions du Lombard (15 albums) en 1976. Par la suite, Spaghetti réapparaîtra chez d'autres éditeurs sous forme de hors-séries.

 

Longtemps introuvable, on peut à nouveau redécouvrir Spaghetti aux éditions du Lombard qui réédite ses aventures dans une collection d’intégrales.

 

 

spaghetti pl

Goscinny-Attanasio, Spaghetti à Paris, coll."16/22, Dargaud éditeur, 1982.

 

Une interview d'Attanasio en 1977. Durée 20 minutes.


Si ce billet vous a plu, vous aimerez certainement Strapontin, un autre personnage inconnu de Goscinny.

La BD et nous c'est une boîte à souvenirs communs ; nostalgiques, lecteurs passionnés ou occasionnels, collectionneurs d'illustrés ou rois du gag, ce blog est le vôtre.

m_LLT2.jpg

LLT était documentaliste dans un collège et écrivait des critiques de livres jeunesse sous son vrai nom Patricia CHATEL.

Elle a quitté Rueil-Malmaison pour sa dernière demeure au Père Lachaise.

Merci à Marlène pour son avatar.

GL continue le soutien technique afin que son blog ne tombe pas aux oubliettes. 

Nota : le blog est en pause et les commentaires modérés

Pour les pubs c'est maintenant imposé par la plateforme... il vaut mieux éviter de cliquer dessus : messages faux lors des alertes !

La vidéo hommage

L'hommage de GL à LLT prononcé lors de la cérémonie d'adieu.